Le hoquet – 빈방

Yi Ch’ôngjun

Traduit par Jeong Eun-jin et Jacques Batilliot


 

– et il avait tout le temps le hoquet…
La propriétaire ne me décrivit pas longuement mon futur colocataire.
Non pas qu’elle voulût me cacher quelque chose. Ce matin-là, alors que je partais au travail, elle eut tout juste le temps de me prévenir qu’il arriverait dans la soirée, puis d’ajouter ce commentaire, probablement dépourvu d’arrière-pensée.
Il était clair qu’elle n’avait pas prêté au fait une attention particulière.

Lire la suite