Le Vagabond de Dokhûng

Chông Ch’ang Yun Traduit du coréen par Kim Kyoung Shik et Patrick Maurus. La mine avait repris ses activités comme autrefois après la guerre et j’étais encore inspecteur du matériel. J’avais demandé mon transfert, fatigué des voyages interminables, mais je ne reçus pas la permission.

Le Confucianisme comme méta-récit 유교와 메타 담화

Le roman coréen nous avertit des précautions qu’il convient de prendre lorsqu’en littéraire on s’aventure en terres confucéennes. Il est ainsi possible de s’inspirer de la mésaventure du vieux Maître Yun, le pitoyable nouveau riche héros de t’aep’yông ch’ônha, La grande paix sous le ciel, le très humoristique roman de Ch’ae Mansik (1938). Soucieux d’honorabilité, Lire plus …

Séoul en tant que mythe dans ‘Le Piquet de ma mère’ de Pak Wansô – 박완서 <>보여진 신비적인 서울

par JEONG Eun-Jin Nombreux sont les récits coréens qui mettent en scène Séoul, symbole de la modernité par opposition à la province, à la campagne, ou plus exactement au « pays natal », thème également cher à la littérature coréenne moderne. Plus que sa prodigieuse urbanisation, c’est sa population, composée en grande partie de gens Lire plus …

The story of a biased success: Korean literature in France

by Patrick Maurus Last among the Far-East literatures successfully introduced in France, Korean literature (I am not discussing here the value of the concept of Literature) is lucky enough to be mostly published in the only profitable and regular collection in the West : Lettres coréennes, by Actes Sud Publishers. If you add a dozen Lire plus …