Le cinéma n’est pas seul

Hypothèses sociocritiques sur les cinémas coréens.

c0072409_4e15e2e22865c

Walter Siti, éditeur des Œuvres complètes de Pier Paolo Pasolini, écrivait en parlant de celles-ci :
« C’est à contrecœur, pour de pures raisons de lisibilité et de marché, que nous avons distingué les œuvres en prose de la poésie, le cinéma des essais critiques. ».
On y trouve en tout cas dans ces Œuvres l’affirmation suivante :
« Prenons le cas d’un scénario d’écrivain, qui n’a pas été tiré d’un roman et qui, pour une raison quelconque, n’a pas été porté à l’écran. Ce cas nous met en présence d’un scénario autonome, qui peut très bien représenter, de la part de son auteur, un véritable choix : celui d’une technique narrative. Quel est le critère pour juger une telle œuvre ? »
En effet. C’est dans un article au titre daté mais provoquant : « Le scénario comme structure tendant à être une autre structure ». Ailleurs, dans une lettre à Luciano Anceschi, il écrit :
« Je m’aperçois que le cinéma me pose aujourd’hui des questions sur le plan narratif et des problèmes de langage beaucoup plus intéressants que ceux que me pose le roman contemporain. »

Lire la suite

Le Sewol, deux ans après

 

fullsizephoto497331
Le 16 avril 2014, le ferry Sewol, qui conduit dans l’île paradisiaque de Cheju vacanciers et lycéens, sombre en vue de la côte. La fuite du capitaine, l’impéritie des secours, les mensonges des officiels, la veulerie des journalistes, le suicide du propriétaire ont alimenté le scandale, sans que la vision des quelques trois cents cercueils parvienne à s’effacer du souvenir de toute la population. La Corée est depuis comme sonnée, à la recherche de réponses, mais sans réussir à formuler ce que chacun ressent pourtant et qui transcende largement les multiples et réels scandales : En restant à bord, en obéissant sagement à l’ordre qui leur était donné, les petites victimes ont tout simplement réagi comme la société le leur demande en toute occasion. Cette obéissance, cette cohésion, n’est-ce pas là justement ce dont la même société faisait des valeurs essentielles ? N’est-ce pas là justement ce dont elle s’enorgueillissait et ce qui expliquait ce qu’elle voulait voir comme son miracle ?

Lire la suite

Une opération douteuse : La Dénonciation, de BANDI

La facilité à obtenir des financements sud-coréens, surtout cette année, explique sans doute la négligence avec lequel le dossier éditorial de cette oeuvre « exceptionnelle » est présenté. Il est quasi inexistant et ne pose AUCUNE des questions qui s’imposent, surtout quand on affirme présenter le premier texte littérataire qui serait venu clandestinement de RPDC. Cela méritait quelques détails. L’aventure éditoriale elle-même aurait pu servir le livre, puisque c’est ce qui intéresse d’abord la presse.

Lire la suite

Les littératures coréennes d’aujourd’hui

Quelques mots sur les littératures coréennes d’aujourd’hui au moment du Salon du Livre de Paris (mars 2016) et des Etonnants Voyageurs de Saint-Malo (mai 2016).

L’événement des années 90, c’était la rupture des liens avec le cinéma et l’émergence des nouvelles technologies ; aujourd’hui, nous voyons naître deux littératures de deux pays et non plus celles d’un pays divisé, même si elles en conservent bien des marques. Cela a des conséquences en matière de sociologie littéraire et en matière générique. Il convient donc d’en étudier les effets sur ces littératures qui restent fondamentalement confucéennes, antées/hantées dans et par le réel, obsédées par leur devoir d’intervention. Ces questions se posent désormais de façon radicalement différentes au Nord et au Sud (et en Chine).

Lire la suite