Faut-il chasser le naturel ? 자연적인 것을 배척해야만 하는가?

Considérations sur la traduction en français de la littérature coréenne par Jeong Eun-jin On compte aujourd’hui en France plus de cent titres traduits de la littérature coréenne ou, pour être plus précis, de la littérature sud-coréenne, publiés ces dix dernières années pour plus de la moitié d’entre eux. Ce chiffre peut sembler honorable par rapport Lire plus …

Intervenir, inventer. C’est suivre le mouvement du texte 참여하는것, 발명하는것은 본문의 움직임을 따라가는 것이다.

Traduire le théâtre coréen contemporain par CHO Soomi (…)  » Ce qui n’est pas traduisible, qui ne se laisse pas réduire à des formes déjà connues, que je trouve intéressant. » Antoine Vitez “Le devoir de traduire”, in Théâtre / Public, mars 1998, n°44, p. 7.

Courtoisie à l’égard des hommes – 인간에 대한 예의

Par Kong Chiyông Kong Chiyông, née en 1963 à Séoul, débute comme poète en 1985, puis obtient un succès considérable avec Va-t-en seul comme la corne d’un rhinocéros, 1993, en particulier grâce à sa façon directe de témoigner des renoncements d’une génération. Le poème cité dans le texte est de Yang Songgyu. Traduction : Pierre Lire plus …

La Rouille – 녹

Yang Kwija Yang Kwija débute en 1978 et obtient rapidement prix et succès (Même la Tristesse est une Force, 1993) avec ses portraits incisifs de salariés petits-bourgeois, considérés d’un œil critique, mais en profondeur, c’est-à-dire pris au sérieux. Traduction Pierre Pionsat   Il était à peine installé derrière son volant qu’une crispation douloureuse saisit les Lire plus …

Miryang, histoire d’insectes – 벌레 이야기

Yi Ch’ôngjun Texte revu et retouché en avril 2007, à l’occasion de son adaptation au cinéma par Yi Changdong sous le titre Miryang. Traduction Yang Jung-hee et Patrick Maurus   1 Même lorsqu’il fut confirmé que la fugue soudaine d’Aram était en fait un enlèvement, ma femme trouva assez de force pour tenir le coup. Grâce, Lire plus …