Une société qui pousse à boire – 술 권하는 사회

Hyôn Chin’gôn La présente traduction de Patrick Maurus est une révision de celle publiée dans Passeport pour Séoul, Actes Sud, 2002. L’original date de 1921. « Aigu, aya. » La femme qui faisait de la couture toute seule grimaça à peine et poussa un faible cri aigu. L’aiguille s’était plantée sous l’ongle de son pouce gauche. Son Lire plus …

Comment peut-on être Séoul(ite) ? 어떻게 서울 사람이 될 수 있는가?

par Alain DELISSEN 1 – Séoul/Paris : impasses et allers simples Échange inégal : la Corée nous connaît mieux que nous ne la connaissons. On part ici d’une situation héritée, pleine d’explications banales, sans excuses d’être reconduite. En cette ère – autoproclamée intelligente – des savoirs hautement débités, cette posture de paresse fatiguée finira par Lire plus …

Coréennes de Chris Marker 북녘 사람들-크리스 마커 사진집

Ce court « récit de voyage imagé » reste, avec le temps, un des livres les plus honnêtes qui ait été écrit sur la Corée, non pas parce que l’auteur aurait été miraculeusement immunisé contre le temps et l’opinion, mais bien parce qu’il avait conscience d’un problème pleinement assumé.

Le Confucianisme comme méta-récit 유교와 메타 담화

Le roman coréen nous avertit des précautions qu’il convient de prendre lorsqu’en littéraire on s’aventure en terres confucéennes. Il est ainsi possible de s’inspirer de la mésaventure du vieux Maître Yun, le pitoyable nouveau riche héros de t’aep’yông ch’ônha, La grande paix sous le ciel, le très humoristique roman de Ch’ae Mansik (1938). Soucieux d’honorabilité, Lire plus …