RPDC 2019. Gratte-ciel et missiles.

La Corée du Nord (RPDC) offre aujourd’hui le spectacle d’un pays en chantier. C’est d’autant plus marquant que les années de stagnation (75-95 environ) et la longue famine qui en a été largement la conséquence avaient donné une image bien différente. Renouant avec les années de construction qui ont suivi d’abord la Libération (1945) puis la Guerre de Corée (1950-1953), la capitale et la côte Est en particulier se couvrent d’impressionnants immeubles, entourés à la coréenne de parcs de loisir, de grands magasins, d’installations sportives. Les chaînes de télévision locales ne se contentent pas de montrer des tirs de missiles, elles abondent en inaugurations et en inspections menées en personne par le Leader Kim Jong-Eun. Les téléspectateurs adorent. Autour de Namwon, à Kalma, ce sont des dizaines de grands hôtels qui émergent, attendant leur ouverture en grande pompe le 25 avril 2020, reportée d’un an.

Lire la suite

Le massacre de milliers de « sans-abris » au nom du miracle économique sud-coréen

 

Tandis que les Jeux olympiques d’hiver auront lieu en 2018 à Pyeongchang, la Corée du Sud, terre d’accueil des Jeux olympiques en 1988, se voit entachée par un scandale qui refait surface, suite à la publication d’un article par The Associated Press datant du 19 avril 2016.

Lire la suite

Dandong – Pyongyang en train

[:fr]Mai 2015 : Pendant ses cours, Patrick Maurus dresse les premières lignes d’un projet de séjour linguistique à Pyongyang (RPDC) pour l’été.

Il se précise le 13 juin, lors d’une première réunion d’informations. Les allers-retours à la banque, à la Sécu, à l’Ambassade de Chine et les nombreux mails qui s’ensuivent accouchent finalement de nos visas pour la RPDC le 11 août, la veille de notre départ pour Pékin. Nous avons prévu quelques pérégrinations entre la capitale et la Mandchourie avant de rejoindre Dandong, ville limitrophe de la Corée du Nord séparée par le fleuve Yalou.

Lire la suite

Deux arts, deux artistes 두개의 예술 두명의 예술가

Chihwasôn (Ivre de Femmes et de peinture), d’Im Kwônt’aek

par JEONG Eun-jin

취화선

Le film Chihwasôn a reçu le prix de la mise en scène du festival de Cannes en 2002. S’il raconte l’histoire d’un peintre, Chang Sûng’ôp, qui a réellement vécu en Corée dans la deuxième moitié du XIXème siècle, il raconte aussi beaucoup Im Kwônt’aek, son réalisateur, dont le talent fait écho à celui de son modèle.

Lire la suite